bandit menotté

A DAKAR POUR TROUVER UN PETIT BOULOT AFIN DE FINANCER SES ETUDES: Mamadou Sène, élève en classe de Terminale S2 à Gossas, incarcéré par erreur pour agression

Société Aucun commentaire sur A DAKAR POUR TROUVER UN PETIT BOULOT AFIN DE FINANCER SES ETUDES: Mamadou Sène, élève en classe de Terminale S2 à Gossas, incarcéré par erreur pour agression 95

Attraits hier devant la barre des flagrants délits pour vol commis en réunion et port illégal d’arme blanche à la fin du combat Zoss-Siteu le 4 avril dernier, Mamadou Sène, élève de Terminale S2 à Gossas et Abdou Lakhat Niasse, marchand de friperie demeurant à Crédit Foncier ont été finalement relaxés.

S’il y a quelqu’un qui compte finir son année scolaire en beauté, c’est bien Mamadou Sène, qui a échappé à la prison avec son acolyte présumé Abdou Lakhat Niasse. Les proches de Mamadou Sène ont poussé un ouf de soulagement à l’audience lorsque le tribunal a prononcé la relaxe au bénéfice du doute à son encontre ainsi que son co-prévenu Abdou Lakhat Niasse. En effet, pendant ces petites vacances, Mamadou Sène, élève en classe de Terminale à Gossas, était venu à Dakar pour chercher un petit boulot afin de gagner des sous et acheter des documents et autres matériels didactiques avant son retour dans sa localité.
Durant ce petit séjour, Sène a été malheureusement arrêté en même temps que le vendeur de friperie, Niasse, à Poste Thiaroye, par les éléments de Mbao. C’était le 4 avril dernier, à la fin du combat de lutte entre Siteu et Zoss, au moment où des individus agressaient tous ceux qui empruntaient cette route.
Placé sous mandat de dépôt le même jour, ils ont été présentés au tribunal hier. «Je n’ai rien volé. Mieux, je filmais les scènes d’agression avec mon portable. Si on amène le téléphone, vous allez voir les images que j’ai prises. Les limiers m’ont trouvé en train de filmer et c’est là qu’ils m’ont sommé de monter dans le véhicule et je leur ai obéi. J’ai acheté ce téléphone auprès d’un ami à Keur Mbaye Fall où je loge. Je ne connais pas mon co-inculpé, c’est le jour de mon arrestation que je l’ai vu dans la voiture des policiers», dit l’élève âgé de 22 ans.

Mamadou Sène fond en larmes

Et de poursuivre : «Je viens de Gossas et comme nous sommes en vacances, je suis à la recherche de n’importe quel boulot décent, afin de gagner de l’argent et pouvoir m’acheter des documents et des choses dont j’aurais besoin pour mes études, car je suis en Terminale S2», a-t-il conclu, fondant en larmes devant l’assistance.
Interpelé à son tour, Abdou Lakhat Niasse a aussi tout nié. «Je n’ai rien subtilisé et ils n’ont rien trouvé par-devers moi. Le couteau dont ils font état n’a pas été trouvé sur moi et il n’existe pas. Je ne faisais que vaquer à mes occupations», déclare-t-il.
Rabroué par le juge afin qu’il modère son langage, il termine son discours en s’excusant.

«La thèse de la confusion»

Dans cette affaire curieuse, le procureur a demandé une application de la loi. Avocat de Abdou Lakhat Niasse, Me Lo a aussi défendu le sieur Sène, demandant la relaxe pure et simple pour ces deux prévenus et au pire des cas, la relaxe au bénéfice du doute. Selon la défense, «la seule thèse plausible est la confusion, car ces deux ne se connaissent pas. Et aucune infraction ne peut être imputée à eux, car il n’y a pas d’agression, ni de victimes. Sans oublier que Niasse a toujours nié le couteau et c’est ce même PV d’enquête préliminaire qui atteste qu’une fouille minutieuse a été effectuée sur ce dernier et que rien n’a été trouvé par-devers lui. Donc ces éléments ne sont pas constitués».
Finalement, Niasse et Sène sont relaxés par le tribunal.

Fatou Diouf (Stagiaire)

Laisser un commentaire

*

COPYTIGHT 2016 Jotay.net

Rechercher

Retour en haut