« Compte offshore aux Bahamas »: Macron dépose plainte contre Le Pen

Actualité Aucun commentaire sur « Compte offshore aux Bahamas »: Macron dépose plainte contre Le Pen 92

Emmanuel Macron a accusé jeudi Marine Le Pen de propager des « fake news », après que la candidate du Front national a laissé entendre lors du débat d’entre-deux-tours de la présidentielle que son rival d’En Marche! détiendrait un compte offshore aux Bahamas. Selon L’Express, le candidat du mouvement En Marche! a porté plainte pour « faux et usage de faux » et « propagation de fausses nouvelle destinée à avoir une influence sur le scrutin ».
Emmanuel Macron a déposé plainte jeudi contre X pour « faux, usage de faux et propagation de fausse nouvelle destinée à influencer le scrutin » présidentiel, après que Marine Le Pen a insinué qu’il possédait « un compte offshore aux Bahamas », a annoncé l’entourage du candidat à l’AFP. « Nous n’hésiterons pas à poursuivre en diffamation quiconque reprendra cette fausse information », a ajouté l’entourage de M. Macron. Mercredi soir, lors du débat télévisé d’entre-deux-tours, la candidate FN avait glissé: « J’espère que l’on n’apprendra pas que vous avez un compte offshore aux Bahamas… ». Le candidat d’En Marche! avait dénoncé dans la foulée à l’antenne « de la diffamation ».
Alors que M. Macron accusait le FN d’être « le parti des affaires », Mme Le Pen a glissé mercredi soir: « J’espère que l’on n’apprendra pas que vous avez un compte offshore au Bahamas… ».

Le candidat a dénoncé lors du débat « de la diffamation ». La candidate frontiste a reconnu jeudi ne pas « avoir de preuves » mais expliqué qu’elle avait jugé nécessaire de l’interroger. « Je lui ai posé la question: est-ce qu’on va découvrir des choses, peut-être trop tard le concernant ? », a-t-elle justifié sur BFMTV/RMC.

« Cela sortira sûrement dans la journée »
Interrogé sur Europe 1, le vice-président du FN, Louis Aliot, a affirmé que « deux sites américains » évoquent également un compte basé aux Bahamas, « sûrement que cela sortira dans la journée ».

Après avoir une nouvelle fois démenti ces accusations jeudi matin sur France Inter, M. Macron a dénoncé les « fausses annonces et mensonges » émanant de « sites pour certains liés à des intérêts russes ». Accusant Mme Le Pen d’avoir fomenté cette « manoeuvre » grâce à ses « troupes sur internet », le candidat d’En Marche! et ancien ministre de l’Économie l’a accusée de propager des « fake news » et a regretté que le débat soit allé « vers ces bas-fonds ».

Fake news
L’équipe de M. Macron n’a pas tardé à réagir, revenant tôt jeudi matin sur les différentes étapes de la diffusion de cette « fake news » et observant que l’article en question a été partagé plusieurs milliers de fois sur Twitter. D’une publication anonyme sur le forum « 4chan » à la reprise en direct lors du débat télévisé par Marine Le Pen, « l’information » aurait circulé sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, relayée par des soutiens de Donald Trump, puis s’est retrouvée « dans la sphère d’influence de comptes associés, en France, à Sputnik et à RussiaToday », affirme En Marche! L’équipe fait aussi état de « faux grossiers », imitant la signature d’Emmanuel Macron sur des documents.

« Tentative de déstabilisation »
« Ça fait un peu rumeur bâclée, généralement ceux qui sont à l’origine des fake news sont plus forts. Par exemple, ils inventent une histoire sur la manière dont les documents ont fuité. Là, il n’y a que deux documents pour appuyer la rumeur, c’est un peu faible », a déclaré à l’AFP Mounir Mahjoubi, directeur de la campagne numérique. Selon l’équipe de M. Macron, « cette tentative de déstabilisation a mobilisé des moyens importants et repose sur une préparation minutieuse ». Elle assure que « toutes les suites judiciaires requises seront naturellement données ».

Laisser un commentaire

*

COPYTIGHT 2016 Jotay.net

Rechercher

Retour en haut