Guy Marius Sagna Non au APE

CONTRIBUTION: De la presse sénégalaise… (Par Guy Marius Sagna)

Contributions, Dernières infos Aucun commentaire sur CONTRIBUTION: De la presse sénégalaise… (Par Guy Marius Sagna) 82

Mon camarade Ousmane Sonko n’a pas le droit de généraliser. Il n’a pas généralisé. La presse de notre pays est malade comme tous les autres secteurs de notre pays. Ni pire, ni meilleure. Notre presse est malade. Mais je vois tous les jours de braves journalistes libres et indépendants. Notre respect à eux.

Ce débat est intéressant car il nous permet aussi de parler encore de la presse de notre pays. La guerre est une chose trop sérieuse pour la confier à des généraux aurait dit Clemenceau. Il en va de même de la presse.

Je partage avec vous ces citations à méditer. Qu’en est-il de la presse sénégalaise?
Vous verrez des citations qui semblent généraliser. Mais qui ose imaginer qu’un Bourdieu, par exemple, généralise? Pourquoi penser qu’un Sonko généralise?

-« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurons à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! » John Swinton (célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse)

-« Et même les débats « passionnés » dans les grands média se situent dans le cadre des paramètres implicites consentis, lesquels tiennent en lisière nombre de points de vue contraire » Noam Chomsky

-« Les journalistes, ne se contentent pas de simplifier en focalisant sur des oppositions largement artificielles, ils braquent aussi les projecteurs sur les détails extrêmes, sur le paroxysme des crises laissant dans l’ombre la quasi-totalité de la réalité, coupable d’être trop banale, terne, sans intérêt » Pierre Bourdieu

-« Voici trois mois qu’un vent de liberté souffle sur la presse irakienne » Reporters sans frontières Rapport annuel 2003

-« Acheter un journaliste coûte moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois. » (un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. Dans « Katherine The Great », par Deborah Davis (New York: Sheridan Square Press, 1991)

-“la CIA contrôle tous ceux qui ont une importance dans les principaux medias” William Colby, ancien directeur de la CIA

-« le prix à payer pour être présenté par les médias comme un candidat « responsable et sérieux » est généralement d’être en accord avec la distribution actuelle de la richesse et du pouvoir » Michael Lerner

-« l’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur » Serge Halimi.

Par Guy Marius Sagna

Laisser un commentaire

*

COPYTIGHT 2016 Jotay.net

Rechercher

Retour en haut