LA STAR DU RUGBY SONNY BILL WILLIAMS: « J’étais un mauvais garçon mais Allah m’a sauvé ! »

Dernières infos Aucun commentaire sur LA STAR DU RUGBY SONNY BILL WILLIAMS: « J’étais un mauvais garçon mais Allah m’a sauvé ! » 54

Tout le monde se souvient du geste fabuleux de Sonny Bill Williams lors de la Coupe du monde de rugby en 2015 lorsque contre toute attente il offre la médaille de la victoire qu’il venait à peine de recevoir à un jeune supporter qui avait bravé la sécurité pour entrer sur le terrain.

La star des All Blacks c’est avant tout la générosité et l’humilité, celles qu’il montre lors de tous ces matchs et ceci depuis sa conversion à l’Islam lors de son passage dans l’équipe de rugby de Toulon en 2010.

Premier joueur musulman des All Blacks, Sonny Bill Williams se souvient dans une longue interview accordée au dailymail de son passé de jeune délinquant, il l n’hésite d’ailleurs pas à se décrire comme un « mauvais garçon », mais ça c’est le passé.
Aujourd’hui l’homme de trente ans est un musulman pratiquant « J’étais un mauvais garçon… mais j’ai été sauvé par Allah », voilà le Sonny actuel.

Rugby man dans l’âme et sur le terrain, Sonny a une autre passion, monter sur un ring pour boxer et il a déjà remporté sept combats catégorie poids lourds professionnels.
Mais au centre de toutes ses passions, l’Islam reste de loin celui qui vient en tête.
Malgré ses nombreuses victoires, ses murs sont dépourvus de photos, vestiges de ses exploits sportifs, ses tatouages sont le souvenir d’un passé révolu et s’il ne les retire pas c’est juste par crainte de la chirurgie au laser.
« Plus de tatouages pour moi, frère. J’en ai déjà trop ! Voilà mes souvenirs de mauvais garçon. Je me sens encore comme la même personne, mais la conversion m’a donné satisfaction et le bonheur, je ne sais pas comment l’expliquer ». « J’ai grandi en tant que chrétien, mais l’Islam est devenu pour moi un mode de vie ».

Il a déjà évoqué Malcolm X, Muhammed Ali, qu’il admire en particulier pour sa carrière de boxeur notamment mais aussi pour sa conversion à l’Islam.
Après des débuts difficiles suite à un mauvais investissement par la faute de son manager, Sonny Bill a du débourser la somme de 750.000 dollars pour se libérer de son contrat. Aujourd’hui il est fier de son parcours, de sa femme et de sa petite fille et s’est ému qu’il déclare : « J’ai fait beaucoup de mauvaises choses, mais c’est fini, Allah est avec moi ».
Malgré ses matchs Sonny n’en oublie pas pour autant son devoir de musulman, il trouve toujours le moyen de s’adapter pour effectuer ses cinq prières quotidiennes.
« Quand je suis le plus heureux est quand je fais mes prières », dit-il. Ajoutant : « Comment ne pas accorder 25 minutes de votre journée pour remercier Allah ? Je regarde d’où je viens et je me sens béni ». Lors de ses déplacements il a droit à des aliments halal sinon il mange des fruits de mer, mais après tout dit-il « Il y a des gens moins bien moins lotis que moi ».

A 30 ans, Sonny Bill Williams (33 sélections) vient de faire le choix de rester en Nouvelle-Zélande. Il s’est officiellement engagé avec la Fédération néo-zélandaise (NZRU) jusqu’à la prochaine Coupe du monde qui se disputera en 2019 au Japon.

Laisser un commentaire

*

COPYTIGHT 2016 Jotay.net

Rechercher

Retour en haut