LAC 2 MET EN GARDE MODOU LO: «Les spectateurs vont entendre les coups pleuvoir du haut des tribunes»

Dernières infos Aucun commentaire sur LAC 2 MET EN GARDE MODOU LO: «Les spectateurs vont entendre les coups pleuvoir du haut des tribunes» 42

Trouvé ce week-end dans sa belle villa à Guediawaye, Lac 2 n’a pas porté de gants pour larguer ses «missiles» sur Modou Lo. Très sûr de lui, le puncheur de Walo affirme qu’il n’ose pas imaginer battre son adversaire sans le corriger.

Les Echos : Où en êtes-vous avec la préparation de votre combat ?

Lac 2 : Avant tout, je tenais à adresser mes chaleureuses salutations au monde de la lutte. Je félicite mon jeune frère Sa Thiès pour sa belle victoire et prie pour qu’Alioune Sèye 2 sorte vainqueur de son prochain combat. Aussi je présente mes condoléances à la Oumma Islamique pour la disparition de Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Al Makhtoum. Nous sommes à fond dans le job. Mon staff technique m’a concocté un planning spécifique. Le matin, nous sommes à la plage et l’après-midi, dans une salle de musculation.

Est-ce que le combat a une date officielle ?

Oui, le promoteur a confirmé la date du 16 juillet. Mon manager m’en a informé et voilà. Que ce soit demain ou après-demain, je suis prêt.

Pourquoi avoir opté de rester au Sénégal ?

La raison est simple, j’ai des partenaires capables de bien m’encadrer ici. Sans oublier qu’on n’a rien à envier aux Européens ou Américains. On a tout ce qu’il nous faut au Sénégal. D’ailleurs, j’ai déjà coordonné avec mes partenaires français, qui seront bientôt au Sénégal. J’ai acheté leurs billets pour qu’ils viennent m’encadrer, en accord avec le staff de l’écurie Walo. Ils seront quatre cette année et seront composés d’un entraîneur de boxe, un superviseur, un préparateur physique et un diététicien. Je l’avais fait, face à Yekini, je ferai plus contre Modou Lo. C’est un duel capital. Mieux, c’est une demi-finale de Coupe du monde pour moi. Il me faut l’emporter ! Et je cravache dur pour cela. Le poids n’est pas important. Que mon adversaire soit un lourd-léger m’importe peu, car je bosse dur pour avoir de la rapidité et être maître de mon corps. Le plus important est d’être au point sur tous les plans et d’avoir une rapidité d’exécution le jour-j. Inchallah, tout ira bien.

Modou Lô est réputé être un lutteur physique…

Je le lui concède, mais aucun lutteur ne m’est supérieur sur ce plan. Je dis bien aucun ! Ce que j’endure aux entraînements, très peu de lutteurs peuvent le faire. Je suis comme un fou au travail. Et j’adore bosser dans le sable. C’est une passion chez moi. D’ailleurs, j’ai délaissé la salle de musculation depuis quelque temps afin d’augmenter ma rapidité d’exécution et surtout la bagarre. C’est une répétition de dire que je prends ce combat très au sérieux. Tous les habitants de Guédiawaye étaient en colère contre moi lors de notre première opposition. Il m’avait presque mis en mal avec le peuple sénégalais. Cela m’est toujours resté en travers de la gorge. Donc, je dois rectifier le tir et faire comprendre aux amateurs que ce combat sera diffèrent du premier. C’est une promesse et je tiens toujours parole.

Et comment sera ce duel ?

S’il plait à Dieu, je vais le battre (Diap, daan rek). Seul Dieu sait de quoi sera fait demain, mais mon souhait est de lui imposer un combat rapide. Vite fait et bien fait. Modou Lô a certes terrassé quelques champions, mais cela ne m’ébranle nullement. Ce sera mon jour, pas le sien (Sama bëss la, du bu Modou).

Votre adversaire est très fort dans la provocation…

Il peut faire comme bon lui semble. Pour cette fois-ci, je lui donne feu vert. Qu’il fasse tout ce qu’il veut. Il peut même me verser du «saafara» (eau bénite), mais il ne m’échappera pas. Le 16 juillet, ce sera mon jour. Ça m’appartient. Je le dis et je le répète. Moi, j’ai goûté à la victoire à un combat sans verdict et une défaite. Donc, pour cette confrontation… (il se tord de rires).

Et pourquoi riez-vous?

Je ris parce que mon adversaire sait en âme et conscience qu’il a un sacré client. Il verra du feu. Le combat sera épique. Les amateurs seront servis, car il y aura du tout.

Comme de la bagarre…

Absolument ! On a dit lutte avec frappe. Aussi, on ne peut pas se croiser sans se bagarrer. Je n’ose pas l’imaginer. Ce serait comme cuisiner un plat de riz sans y mettre du sel. La bagarre est inévitable dans cette confrontation. Il faut qu’on se livre une bataille sans merci. Ce sera la seule façon d’instaurer du respect entre nous (il faut que nu laalante). Je veux une bagarre rude (laalante bu saf sap !) et sans déchet. Que les spectateurs puissent même entendre les coups pleuvoir du haut des tribunes (tac ! tac !). Modou Lô est un lion, qu’il accepte ce défi. On doit montrer notre savoir-faire en boxe et en lutte.

C’est comme si vous aviez une dent contre lui ?

(Il sourit encore). Il me doit du respect et il le fera après le combat. Lorsque je lui aurais infligé une défaite cinglante, il me respectera inchalla. Il n’y aura pas de match nul. Je vous le garantis. Mon objectif est de décrocher le titre de roi des arènes et si cela se réalise, les gens verront un roi fou de sa couronne. Mais comme c’est mon grand-frère, Bombardier qui est le numéro un, je prie pour qu’il la garde jusqu’à la fin de sa carrière. C’est une personne spéciale pour moi. Et jamais, au plus grand jamais, on ne va lutter. S’il part en retraite avec cette couronne, tant mieux pour lui. Cela me rendra heureux. Car c’est quelqu’un de bien.

Et que pensez-vous de son prochain duel contre Eumeu Sène ?

Un grand combat, mais qu’il bosse dur (Na ligeey bu wer). Je ne veux pas entrer dans les détails, mais il a intérêt à carburer très dur pour avoir beaucoup de force physique. Ce sera un duel palpitant. Je prie pour que Bombardier gagne.

Quels commentaires faites-vous des propos de Balla Gaye 2 qui a prédit votre victoire ?

Il me connait suffisamment bien pour le dire. On travaille ensemble et il sait de quoi je suis capable. Donc, je viens appliquer et surtout montrer ce que j’ai engrangé durant tout ce temps. Balla Gaye 2, je lui souhaite beaucoup de succès pour son prochain combat. Il est de retour. Les gens en sauront quelque chose, le moment venu. Il va remporter ce duel, s’il plait à Dieu.

Vous travaillez ensemble…
On ne peut pas tout dévoiler sur la place publique, car cela ne concerne que nous, mais tout ce que Balla Gaye 2 dit est vrai. Je n’ai aucune pression sur ce combat. Moi, je n’ai pas encore montré toute l’étendue de mon talent. Non. (Ba leegi bëree guma). Il m’arrive parfois de montrer certaines choses, mais j’ai beaucoup de cordes à mon arc. Les gens disent que je ne suis pas très technique, mais ils verront le moment venu. Moi, je suis un lutteur polyvalent. J’attaque et je défends, comme il le faut. Que les gens se méfient d’un lutteur qui allie ces deux éléments. C’est qu’il est redoutable.

Est-ce que Balla Gaye 2 vous a donné la clé pour battre Modou Lô ?

Je garde ça pour moi. Si je rentre dans les détails, ça risque de tout gâcher. Je préfère donc me taire.

Et votre différend avec Ama Baldé…

Tout est maintenant rentré dans l’ordre. On s’est vus une fois sur la plage, on s’est salués et on s’est chambrés un peu. J’en ai profité pour lui souhaiter une bonne chance pour son prochain combat. Qu’il terrasse son adversaire (Papa Sow). C’est mon jeune frère et cela ne changera pas.

Sur le plan mystique, votre adversaire est très craint. Avez-vous peur ?

Pas du tout. Il n’a pas plus de soutien que moi, sur ce plan. Des proches, j’en ai à la pelle au Sénégal. Modou Lô peut parcourir le Sénégal ou la sous-région, mais il rencontrera toujours un proche à moi. Que ce soit à Tivaouane, en Casamance, en Gambie et chez les Sérères.

Vous avez donc les mêmes marabouts ?

Non, c’est impossible. On est lié que par la Tarikha Tidiane, c’est tout. Ce combat, c’est pour moi. Encore une fois. Je ne badine pas. Que mon adversaire se prépare à tout. Le jour-j, la bataille sera très rude.

Combien avez-vous déjà dépensé pour le mystique ?

On dépense sans calculer. Et cela dépasse même les 20 ou 30 millions francs Cfa. On n’a plus aucun rond. J’ai d’ailleurs contracté des dettes dans l’unique but de terrasser Modou Lô. C’est difficile, car c’est un évènement qui réclame beaucoup de moyens, mais on ne ménage aucun effort pour remporter cette demi-finale. Entre Modou Lô et moi, ce sera un classico comme le Real et le Barca. Moi, je suis le Messi de l’arène et je vais le démontrer.

Est-ce que vous suivez l’actualité du pays ?

Pas trop à cause des entrainements, mais je suis parfois ce qui se passe sur le net. Et la récente série d’incendies notée au Sénégal m’interpelle. Je suis resté sans voix lorsque j’ai vu les images de l’horreur. Je profite de cette occasion pour lancer un appel à l’Etat du Sénégal à continuer à veiller sur la sécurité et le bien-être de la population. Si les moyens de secours étaient disponibles sur place au moment des faits, on aurait évité ce drame. S’il y avait suffisamment d’ambulances et de sapeurs-pompiers, les dégâts n’allaient pas avoir une telle ampleur. Il faut prendre les mesures idoines pour que pareille situation ne se reproduise plus.

Est-ce que vous êtes prêt à faire de la politique ?

Non, je suis apolitique, mais je suis citoyen et je connais mes droits et mes devoirs. Je suis là pour soutenir ceux qui travaillent, mais pas les fainéants. Ma carte d’électeur est pour les personnes qui se soucient du bas peuple, qui se tuent pour aider les jeunes à trouver du boulot. Pas ceux qui sont là pour leurs proches.

MANSOUR SAMB

Laisser un commentaire

*

COPYTIGHT 2016 Jotay.net

Rechercher

Retour en haut