LEGISLATIVES «TRES BIEN ORGANISEES»… :  Quand Macky Sall ne porte pas les mêmes lunettes de lecture que les Sénégalais

Dernières infos Aucun commentaire sur LEGISLATIVES «TRES BIEN ORGANISEES»… :  Quand Macky Sall ne porte pas les mêmes lunettes de lecture que les Sénégalais 17

 

De quelles élections parle-t-il ? C’est la question qu’ont dû se poser bon nombre de Sénégalais, en apprenant que mardi, lors du secrétariat exécutif de l’Apr, le chef de l’Etat a félicité le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, parce que les élections ont été très bien organisées, malgré quelques couacs. San doute, le chef de l’Etat n’a pas la même loupe que le commun des Sénégalais, qui a connu l’un des scrutins les plus mal organisés  de l’histoire du Sénégal indépendant.  Ce n’est pas pour rien qu’on fait référence aux élections chaotiques de 1988, pour faire la comparaison en termes de mauvaise organisation.

Comment peut-on parler d’élections très bien organisées, si l’on sait que 220 bureaux de vote (soit plus de 100.000 électeurs), n’ont pas fonctionné ? Comment peut-on parler de très bonne organisation des élections, si, à Touba, beaucoup de centres et bureaux de vote ont ouvert vers 14h ? Comment peut-on parler d’élections bien organisées, quand il y a eu des violences et des saccages de bureaux de vote, au point que plusieurs responsables et militants, de l’opposition comme du pouvoir, sont aujourd’hui entre les mains de la justice qui doit statuer sur leur cas aujourd’hui même, au tribunal de Diourbel ? Comment peut-on parler d’élections très bien organisées, quand la coalition même du président de la République crie au sabotage et réclame l’annulation du vote à Touba, où elle a été battue à plate couture ? Comment peut-on parler de bonne organisation, quand beaucoup de nos compatriotes de la diaspora, en Côte d’Ivoire par exemple, ont été privés de leur droit de vote ou encore quand la commission départementale de recensement des votes de l’Afrique de l’ouest délibère sans 63 PV?. Et que dire de la production et la distribution défaillante des cartes qui a enlevé à plus d’un million de Sénégalais leur droit de choisir leurs députés ? Comment parler de très bonne organisation des élections, avec des milliers de bureaux de vote en abris provisoires, alors qu’on est en pleine saison des pluies ?

Si c’est cela que le Président appelle «quelques couacs», il a certainement des moyens d’appréciation qui diffèrent de ceux des Sénégalais, qui, dans leur écrasante majorité, ont fustigé la pâle copie qu’ont rendue Abdoulaye Daouda Diallo et ses services lors du scrutin du 30 juillet dernier.

C’est vrai que l’euphorie de la victoire peut nous emporter loin de la réalité. Surtout, si cette victoire n’était pas aussi évidente. Mais la victoire que savoure sans modération le Président serait encore plus belle et grande, s’il avait reconnu les gros ratés du processus électoral qui ont été conclus par un scrutin problématique à bien des égards et dans beaucoup de localités. Macky Sall aurait gagné en estime s’il avait fait savoir à son ministre de l’Intérieur qu’il n’avait pas réussi sa mission de faire voter les Sénégalais dans les meilleures conditions. Le prétexte des délais courts par rapport à la somme de travail à faire (inscription, production et distribution des cartes biométriques, confection et acheminement de millions de bulletins, du matériel électoral…) ne saurait être une excuse valable. Car gouverner, c’est avant tout prévoir. Et il y avait bien plusieurs moyens de nous éviter ce chaos électoral, qui a mis une couche de grisaille de plus sur la démocratie sénégalaise.

 

Mbaye THIANDOUM

Laisser un commentaire

*

COPYTIGHT 2016 Jotay.net

Rechercher

Retour en haut