MINI-SOMMET CEDEAO SUR LA GAMBIE: Pas de «décision majeure», Jammeh reste maître du jeu, les Usa demandent à leurs citoyens d’éviter le pays

Actualité, Dernières infos Aucun commentaire sur MINI-SOMMET CEDEAO SUR LA GAMBIE: Pas de «décision majeure», Jammeh reste maître du jeu, les Usa demandent à leurs citoyens d’éviter le pays 70

Les Chefs d’Etat de la Cedeao réunis en marge de l’investiture du nouveau Président ghanéen restent sur leur position initiale concernant la crise gambienne. Yaya Jammeh qui a nommé ses juges pour examiner mardi son recours, reste donc le maître du jeu dans la crise politique post-électorale en Gambie. Une crise qui fait craindre des troubles, au point que les Etats-Unis ont officiellement demandé à leurs citoyens d’éviter la Gambie.

 

Les Chefs d’Etat de la Cedeao ont profité de l’investiture samedi du Président ghanéen Nana Addo, pour discuter de la situation en Gambie. Et tous les regards étaient tournés vers Accra, car, la veille, le porte-parole du médiateur, le Président Muhammad Buhari, avait annoncé «une décision majeure» qui serait prise à l’issue de la rencontre. Mais, hélas, il n’en a rien été. La Cedeao reste toujours sur sa position initiale de convaincre Jammeh de partir pacifiquement. On n’évoque même plus l’idée d’une intervention militaire, fortement agitée, il y a quelques semaines par le président de la Commission de la Cedeao. «Nous nous sommes engagés à une médiation pacifique et à un transfert pacifique du pouvoir en Gambie. Nous continuerons à le poursuivre pour l’instant», a expliqué la Présidente du Libéria, à l’issue de la rencontre d’Accra.

Yaya Jammeh reste maître du jeu

Quoi que dénoncé et accablé de partout, le Président Yaya Jammeh tient toujours le bon bout dans la crise post-électorale en Gambie. Après avoir fait un revirement et un recours, il a, lui-même choisi les juges qui vont statuer sur son recours. Ce qui est d’autant plus inquiétant que beaucoup d’observateurs pensent qu’il ne serait pas surprenant que ces derniers, venus du Nigeria et de la Sierra Leone, n’avalisent sa forfaiture, en annulant les résultats de la présidentielle du 1er décembre. A ce sujet, un cadre de la Cedeao qui s’est confié à Rfi ne cache pas son inquiétude. «C’est une Cour qui nous fait craindre le pire. Jammeh en a lui-même nommé les membres après son recours. Ils sont en majorité Nigérians et Sierra-Léonais», a-t-il soutenu. D’ailleurs, cette question du recours de Jammeh sera à l’ordre de la réunion ministérielle de la Cedeao qui se tient aujourd’hui à Abuja au Nigeria. Une rencontre à laquelle doit participer, entre autres le Nigeria, la Sierra Leone, le Ghana et le Sénégal.

Les Etats-Unis notent un «risque de troubles et de violence…»

En attendant la décision de la Cour suprême qui examine mardi le recours de Jammeh, c’est l’inquiétude au sein des populations gambiennes, dont beaucoup commencent à fuir le pays, notamment Banjul. Au niveau de la communauté internationale, on est aussi préoccupé par le risque de conflit. Déjà le gouvernement américain qui décèle un «risque possible de troubles et de violence dans un proche avenir», a demandé à ses citoyens d’éviter la Gambie. En effet, selon le sens du verdict de la Cour suprême, il peut y avoir des troubles. L’opposition a déjà annoncé la couleur, en criant à qui veut l’entendre que le Président Adama Barrow a remporté la présidentielle et «aucune Cour au monde» ne pourra invalider les résultats du scrutin du 1er décembre dernier. De son côté, Jammeh est prêt à user de tous les moyens, pour rester au pouvoir au-delà du 19 janvier (date de la passation de service) si «sa» Cour suprême donne une suite favorable à son recours.

Source: LES ECHOS

Laisser un commentaire


*

COPYTIGHT 2016 Jotay.net

Rechercher

Retour en haut