ROYAUME UNI: « Malade comme un chien », Lady Di a dû gérer seule sa pénible grossesse

People Aucun commentaire sur ROYAUME UNI: « Malade comme un chien », Lady Di a dû gérer seule sa pénible grossesse 31

Elle ne pouvait pas compter sur le soutien de Charles et de sa belle-famille.
Le journaliste Andrew Morton, auprès de qui s’était confiée en secret Lady Di dans les années 90, enchaîne dans la réédition de son livre « Diana: her true story – in her own words » des révélations fracassantes au sujet de Diana Spencer et de son mariage chaotique avec le prince Charles.

Hier, nous apprenions ainsi que la princesse de Galles, décédée des suites d’un accident de voiture à Paris en 1997, avait vécu le jour même de son mariage comme un véritable cauchemar: « J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps […] Je me sentais comme un agneau qu’on mène à l’abattoir », aurait ainsi confié Diana au journaliste, à propos de ce qui aurait dû être le plus beau jour de vie.

Mais la princesse n’était malheureusement pas au bout de ses peines. Dans d’autres retranscriptions d’enregistrements audio d’Andrew Morton publiées par le Daily Mail, nous apprenons également que la première grossesse de la princesse s’est extrêmement mal passée: le prince Charles et le reste de sa famille manquaient cruellement de considération à l’égard de la princesse.

Diana, la première de la famille à avoir eu des nausées matinales, ne pouvait effectivement pas compter sur le soutien de la famille royale: « Rien n’al­lait […] je me sentais terri­ble­ment malade, je portais cet enfant, sans avoir dit au monde que j’étais enceinte et j’avais l’air grise et émaciée. […] Je ne pouvais pas dormir, ni manger, le monde entier s’ef­fon­drait autour de moi. C’était une gros­sesse très, très diffi­cile en fait. J’étais malade tout le temps, que ce soit avec la bouli­mie ou les nausées mati­nales », a-t-elle confié.

« Dans cette famille personne n’avait jamais eu de nausées mati­nales avant, alors à chaque fois que j’étais à Balmo­ral, Sandrin­gham ou Wind­sor dans mes robes de soirée, je devais sortir, je m’éva­nouis­sais ou j’étais malade », a-t-elle ajouté.

Seule, et à peine âgée de 21 ans, la jeune Diana était livrée à elle-même: « C’était très embarrassant parce que je n’y connais­sais rien […] mais je sentais que c’était des nausées mati­nales. J’étais donc deve­nue un ‘problème’ et ils ont enre­gis­tré que Diana était un ‘problème’. ‘Elle est différente, elle fait plein de choses que nous n’avons jamais fait. Pourquoi? Pauvre Charles ça doit être si diffi­cile pour lui' ».

Le pire fut sans doute le moment même de l’accouchement, qui était organisé de façon à ce que l’agenda de Charles ne soit pas chamboulé: « Quand on a eu William, on avait dû trou­ver une date dans l’agenda qui conve­nait à Charles et à son polo. On a dû trou­ver une date où Charles pouvait descendre de son cheval pour que je puisse donner la vie. Trop sympa – je me sentais vrai­ment recon­nais­sante pour ça », a continué à confier la princesse. « J’étais malade comme un chien durant tout le travail. Un travail vrai­ment diffi­cile. Ils voulaient une césa­rienne – mais personne ne me l’a dit avant que ce soit fait ».

Laisser un commentaire

*

COPYTIGHT 2016 Jotay.net

Rechercher

Retour en haut