VIOL SUIVI DE GROSSESSE: Le maçon Abdoul Aziz Wade engrosse une fille de 12 ans et nie

Société Aucun commentaire sur VIOL SUIVI DE GROSSESSE: Le maçon Abdoul Aziz Wade engrosse une fille de 12 ans et nie 85

Abdoul Aziz Wade risque gros. Si le tribunal est convaincu par les arguments de la supposée victime, il va passer de longues années en prison. Ce maçon-carreleur de 24 ans a été attrait en justice pour viol d’une mineure de 12 ans. Selon cette dernière, Abdoul Aziz Wade a profité d’elle à 3 reprises : la première fois, elle avait refusé. Mais les deux autres fois, elle était consentante. Ce que nie le prévenu malgré la grossesse de la jeune Maguette.

Attrait hier devant le tribunal de grande instance de Dakar pour les faits de viol, pédophilie et détournement de mineure au préjudice de Maguette, âgée de 12 ans, Abdoul Aziz Wade, maçon carreleur de profession, âgée de 24 ans, a contesté les faits qui lui sont reprochés depuis l’enquête préliminaire. A la barre, il a réitéré les mêmes dénégations. «Je ne l’ai jamais touchée et je ne suis pas l’auteur de sa grossesse. Je la connais, car un soir, elle m’a poursuivi pour me demander de quoi acheter le diner. Je lui avais remis 200 francs avant de la raccompagner chez elle. Je lui ai même demandé si elle partait à l’école. Je la voyais d’habitude trainer au village», a-t-il réfuté.
En état de grossesse depuis 4 mois, la victime a fait des révélations qui ont bouleversé l’audience. «Je connais Abdou Aziz très bien. Il m’a appelée un jour pour que je l’accompagne chez lui pour remettre quelque chose à ma sœur. Une fois sur les lieux, il en a profité pour m’introduire dans les bâtiments en construction. Il a enlevé mon slip avant de me violer. Nous avons eu des rapports sexuels à 3 reprises. Pour la première fois, j’avais refusé mais il m’a forcée et après l’acte, il m’a remis 1000 francs. Mais j’avais consenti pour les deux autres fois», a-t-elle déclaré.
Des déclarations qui ont convaincu le procureur de la République qui, dans son réquisitoire, assure que les faits sont avérés, car il y a l’existence d’une grossesse. Sans oublier la constance de la victime, qui ne cesse d’indexer le prévenu Abdou Aziz Wade comme étant le père de son enfant. Pour terminer, le maitre des poursuites ordonne une expertise médicale.
Me Moustapha Dieng l’avocat de la défense, s’est insurgé contre les réquisitions du représentant de la société. De son avis, la preuve des conjonctions n’ayant pas été fournie, l’acte d’état-civil qui atteste que la fille est mineure n’ayant pas été versé dans le procès-verbal, il a demandé la relaxe pure et simple ou la relaxe au bénéfice du doute. Le délibéré est fixé au 22 juin 2017.

Fatou Diouf (Stagiaire)

Laisser un commentaire

*

COPYTIGHT 2016 Jotay.net

Rechercher

Retour en haut